Que faire après une année de PACES?

La PACES (Première Année Commune aux Études de Santé) est incontournable pour celles et ceux qui se destinent à l’un des métiers des quatre filières suivantes : médecine, dentaire, pharmacie ou maïeutique. En cas d’échec ou de volonté de changer de voie, de nombreuses possibilités de formations existent pour se réorienter après cette année de PACES.

 

Redoubler en PACES

Les plus motivés et intéressés par les métiers des quatre filières citées pourront faire une nouvelle année de médecine. Mais si telle est l’option choisie, il est important de se demander quelles raisons ont conduit à cet échec ; il faut réfléchir sur ces causes, sur ses points faibles et ses points forts, afin de mettre les seconds en valeur tout en corrigeant les premiers. Il faut aussi s’interroger sur son état d’esprit et sur sa motivation. Car s’il est évident qu’il sera impossible de tenir la cadence ou que la volonté fait en réalité défaut, il est inutile de redoubler : un second échec se profile. Dans ce cas, il vaut mieux envisager une réorientation, d’autant plus que les voies possibles sont nombreuses, que l’on souhaite continuer dans le domaine médical ou changer complètement de filière.

Se réorienter dans le secteur paramédical

Après une première année de PACES, il est toujours loisible de se réorienter dans le paramédical. Les options de réorientation post PACES sont nombreuses. Il est par exemple possible de rejoindre une classe préparatoire aux concours paramédicaux (kinésithérapeute, ergothérapeute, ostéopathe, infirmier…). D’autres formations existent, par exemple dans le domaine de l’optique, d’autant plus que certaines écoles permettent de se réorienter dès février pour ne pas perdre une année complète, tout en proposant un programme pédagogique spécialement étudié pour les étudiants issus du PACES et ouvrant sur des débouchés réputés et très prisés, touchant de près à la bonne santé visuelle et étant proches des patients et de leur bien-être.

Se réorienter dans une filière scientifique


Les écoles d’ingénieurs sont nombreuses à accueillir chaque année des étudiants issus du PACES ; là aussi, certaines d’entre elles proposent des rentrées décalées, en janvier, après les résultats de la PACES du premier semestre. Certes, il faut alors valider deux semestres en un seul, mais l’habitude acquise en PACES de suivre un rythme intense aide à fournir beaucoup de travail.
Une autre réorientation possible est celle de l’université. Il est par exemple possible de se diriger vers une licence de science (informatique, chimie, biologie, mathématiques ou encore physique) ou encore d’ingénierie de la santé. Il existe à cet égard des passerelles qui permettent d’entrer directement en deuxième année de licence, sous certaines conditions variables selon les facs. Mais toute autre filière est également possible, loin des sciences et de la santé : droit, lettres, langues, sciences humaines et sociales.
Enfin, si la PACES a permis de se rendre compte que les études de longue durée n’étaient pas adaptées à son propre profil, il est toujours possible d’opter pour un cursus court et professionnalisant, comme les DUT et BTS.

Même si l’on échoue à la PACES ou que l’on s’aperçoit que cette filière n’est pas faite pour soi, les réorientations sont donc nombreuses, et rien n’est perdu : si l’on reste intéressé par la santé, de nombreuses filières du paramédical sont possibles, mais on peut aussi changer totalement de voie. Le plus important est de réfléchir à ce que l’on souhaite réellement, pour s’épanouir pleinement.